Browsing Category

Vivre simplement

  • L’instant écolo #3 : vers le zéro déchet

    18 novembre 2018
    Aujourd'hui, on se penche sur nos poubelles pour comprendre pourquoi le mode de vie zéro déchets n'est pas une lubie, mais une nécéssité !

    La semaine dernière a débuté le challenge #onestprêt. C'est un ensemble de 60 youtubeurs, blogueurs, créateurs de contenu qui se sont réunis pour former un grand défit pour le climat. Tous les jours, des nouveaux défis vous sont présentés pour devenir acteur du changement. En plus, hier débutait la semaine européenne de la réduction des déchets, j'ai trouvé que c'était donc le parfait moment pour vous publier cet article qui est dans mes brouillons depuis bien trop longtemps.

    En effet, je n'en ai pas encore à proprement parlé par ici, mais j'adhère au mode de vie zéro déchet depuis maintenant quelque temps. Ma transition est toute douce, et je n'ai pas (encore 🙂 ) une poubelle qui se réduit à un petit bocal sur une année, j'en suis même encore loin. Mais j'ai pris conscience de l'overdose des déchets que nous produisions il y a quelques années maintenant, et j'ai entrepris des changements tout en douceur.

    Certaines habitudes ont la vie dure et j'ai préféré avancer au pas à pas pour que mes changements soient durables et que je ne fasse pas marche arrière par découragement tant la tâche est importante quand on ne s'est jamais intéressé à ses déchets.

    Parce que c'était mon cas, bien des années, je n'ai jamais réfléchi à tout ça, d'où viennent des déchets, et où vont-ils quand je les mets consciencieusement soit dans ma poubelle ménagère soit dans les bacs de recyclage. Plus encore, je pensais faire beaucoup en faisant le tri et je pensais que c'était suffisamment pour contribuer à protéger la planète. Que nini !

    La prise de conscience fut lente, mais aujourd'hui, je suis impliquée dans cette démarche qui peut néanmoins sembler un peu originale (quoi que de moins en moins) et excessive aux yeux de certains.

    Aujourd'hui, j'ai eu envie de partager avec vous les raisons qui expliquent pourquoi choisir ce mode de vie, ainsi que les intérêts que l'on peut y trouver. J'ai également voulu partager avec vous ces connaissances que j'ai appris au fur et à mesure sur nos déchets et les chiffres effarants qui en découlent. Je prépare d'autres articles à venir sur mes astuces plus pratico-pratique.

    390 Kg

    d'ordures ménagères produites par personne et par an

    32%

    de nos ordures ménagères sont des emballages

    95%

    de déchets peuvent être évités en changeant de mode de vie

    1,5 millions

    d'animaux meurent chaque année en ingérant du plastique

    200 kg

    de déchets arrivent dans les océans chaque seconde

    7%

    du plastique est réutilisé en matière première (seulement !)

    17 milliards

    € dépensés pour la gestion des déchets en 2014

    99%

    des matières naturelles prélevées sont jetés en moins de 42 jours *

    Les septiques n'auront plus qu'à bien se tenir, parce que les chiffres parlent d'eux même.

    Souvent, par déchets, on imagine facilement ce qui termine dans nos poubelles. Sauf que les déchets, ce n'est pas uniquement cela. Chaque achat comporte ce qu'on peut appeler des déchets cachés. Ils sont les déchets lié aux différentes étapes de transformation et production. L'extraction des matière première, le transport entre les différentes étapes, la transformation, la production, la commercialisation ... Tant d'étapes énergivores, avant que votre produit arrive dans votre maison.

    Vous imaginez donc que moins un produit est transformé, moins il génère de déchets.

    De plus, la quantité de nos déchets augmente de plus en plus lié à l'obsolescence programmée associé à la puissance de la publicité qui nous font croire que nous avons toujours de nouveaux besoins qui au final n'en sont pas réellement.

    Le problème des déchets est devenu un énorme problème sociétal aujourd'hui, ils polluent les sols et les nappes phréatiques, envahissent les océans, touchent à la biodiversité et finissent par toucher notre santé.

    Que deviennent nos déchets ?

    Voilà un petit graphique vous montrant le devenir de nos déchets. Comme vous pouvez le voir, une majorité est destinée à la décharge ou pour être incinérée.

    Outre le transport de chez nous vers les différents lieus de transformation, consommateurs d'énergie et producteurs de CO2, ces traitements ne sont pas sans conséquences pour l'environnement.

    Lorsque les déchets sont enfouis, ils polluent les sols jusqu'aux nappes phréatiques. Lorsqu'ils sont brûlés, ils dégagent dans l'atmosphère des molécules qui ont un impact sur la qualité de l'air que nous respirons.

    C'est donc un cercle sans fin, et nous finissons par respirer et consommer des éléments pollués par nos propres déchets. Plutôt ironique ...

    Aujourd'hui, on se penche sur nos poubelles pour comprendre pourquoi le mode de vie zéro déchets n'est pas une lubie, mais une nécéssité !

    Les déchets marins

    Nos déchets ne polluent pas uniquement par les méthodes de transformations. Comme cité plus haut, c'est 200 kg de déchets qui se déversent chaque seconde dans les océans. Déchets qui sont passés à travers les mailles du système de tri et transformation des déchets. On y retrouve d'ailleurs beaucoup de mégots et filtres de cigarettes, si communément jetés sur la chaussée, un geste bien loin d'être anodin.

    Le problème avec les fonds marins, c'est qu'on ne les voit pas au quotidien. On ne voit pas leur état de pollution, le ravage fait par l'impact humain (notamment la sur-pêche et la surexploitation, mais c'est un autre sujet, quoi que ...). Ils ont longtemps servi de gigantesque déversoir sans aucune remise en question.

    Sauf qu'aujourd'hui, nos océans se transforment, le plastique s'installe au détriment de la vie marine. Vous avez peut-être déjà entendu parler du continent de plastique au large de la Californie ? Ce n'est pas la seule zone concernée par une accumulation de plastique. En effet, on retrouve au moins cinq zones similaires aux niveaux des gyres océaniques. On les appelle également des soupes de plastique tant leur densité est importante. Les chiffres sont édifiants et leur surface dépasserait au moins 6 fois celle de la France.

    Ces déchets de plastique vont se déliter et former des tonnes de micro-plastiques qui seront intégrés à la chaîne alimentaire de la base jusqu'en haut, puisque de nombreuses espèces filtrent ou ingèrent des particules. La biodiversité est donc plus que touchée, humains compris. En effet, vous retrouverez de ces particules dans un grand nombre de denrées alimentaires issues de la mer.

     

    Le cas du recyclage

    Je dirais que le recyclage a bon dos. J'ai toujours cru que faire le tri, c'était bien et suffisant, que comme par magie, tout ce qui allait dans ma poubelle jaune allait avoir une seconde vie grâce au recyclage.

    Alors oui, le recyclage n'est pas une mauvaise chose, et j'encourage tout le monde à correctement trier ses déchets pour qu'ils puissent être réutilisés. Cependant, après mes lectures et recherches, j'essaye de le voir aujourd'hui non pas comme une solution initiale, mais comme une issue de secours pour les choses que je n'ai pas trouvé en version "zéro déchets". Ce n'est pas une solution car cela ne permettra pas de mettre fin aux quantités astronomiques de déchets que nous produisons.

    D'un point de vue de la dépense énergétique, le recyclage demande beaucoup d'énergie et pour pouvoir réhabiliter des produits. Alors, on ne le dira jamais assez, le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas. Au final, nos poubelles de tri débordent de plus en plus des multitudes emballages en carton, et plastiques que nous consommons. Le mieux reste de ne pas les générer et donc réduire notre consommation.

     

    Pour moi, ce mode de vie n'est pas seulement une question écologique. C'est un réel choix qui a un impact sur la société et politique. C'est une démarche qui me permet de devenir actrice et d'agir quotidiennement pour des valeurs qui me tiennent à coeur.

    "Acheter c'est voter."

    "Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achètent pas pour que ça se vende pas" - Coluche

     

    Sources:

    On se retrouve très vite avec d'autre articles sur le sujets où je vous présente les solutions et produits que j'ai adopté pour réduire mes déchets au quotidien !