Lectures terminées #1

On commence aujourd’hui cette série où je vous présenterai un petit bilan de mes lectures au fur et à mesure que je les termine. Je vous ferai part de mon avis sur ces ouvrages et j’essayerai de vous présenter les livres par 3 ou 4 pour que ça ne soit pas trop dense !

img_3921

Le mystère de la chambre jaune – Gaston Leroux

La porte de la chambre fermée à clef « de l’intérieur », les volets de l’unique fenêtre fermés, eux aussi, « de l’intérieur », pas de cheminée… Qui a tenté de tuer Mlle Stangerson et, surtout, par où l’assassin a-t-il pu fuir de la chambre jaune ? C’est le jeune reporter Rouletabille, limier surdoué et raisonnant par « le bon bout de la raison, ce bon bout que l’on reconnaît à ce que rien ne peut le faire craquer », qui va trouver la solution de cet affolant problème, au terme d’une enquête fertile en aventures et en rebondissements. Tenant en haleine le lecteur de la première à la dernière page, Le Mystère de la chambre jaune est devenu un classique du roman criminel.

J’ai débuté ce livre il y a extrêmement longtemps, je devais être au collège c’est pour dire ! Mais je n’étais absolument pas adepte de la lecture à cette époque et j’ai très rapidement laissé tomber. Depuis, je voulais reprendre ma lecture et lire ce classique pour savoir enfin quel est ce fameux mystère … et je n’ai pas été déçue  ! Bien que ce soit un livre très répandu dans les classes de Français au collège, je n’ai pas du tout trouvé l’écriture de l’auteur enfantine comme je pouvais l’imaginer et l’intrigue  m’a tenue en haleine jusqu’à la fin du livre. Même si je me suis doutée de l’identité du criminel assez rapidement, j’ai quand même été plongée dans l’intrigue et le dénouement sur la façon dont l’assassin a procédé m’a vraiment plu. 

Ma note : 16/20

img_3922

Le crime d’Halloween – Agatha Christie

Le 31 octobre, les sorcières s’envolent sur leur manche à balai : c’est Halloween, la fête du potiron. À cette occasion, Mrs Drake a organisé une soirée pour les « plus de onze ans ». Les enfants participent aux préparatifs, sous l’œil nonchalant de Mrs Oliver, qui croque son éternelle pomme. « Savez-vous que j’ai eu l’occasion d’assister à un vrai meurtre ? » se vante Joyce, une fillette à la langue bien pendue, devant la célèbre romancière. Tout le monde lui rit au nez : Joyce ne sait plus qu’inventer pour se rendre intéressante. La fête est un succès, et les enfants font un triomphe au jeu du Snapdragon qui clôt la réception. Tous les enfants ? C’est en rangeant la maison, après le départ des invités, qu’on découvre le cadavre de la petite Joyce dans la bibliothèque. Bouleversée, Mrs Oliver fait aussitôt appel à son ami, le grand Hercule Poirot.

On continue dans les enquêtes policières avec cette fois-ci un Hercule Poirot que j’ai lu dans   le cadre du club de lecture du mois d’octobre de la blogeuse Mango&Salt. Je n’ai lu que deux Hercule Poirot (le crime de l’orient express et les 10 petits nègres) et je les avais absolument adorés. J’ai passé un bon moment avec ce roman, agréable, court et rapide à lire. Cependant, il ne m’a pas non plus enchanté comme je m’y attendais. Ce qu’il m’a le plus déçue c’est que je n’ai pas retrouvé l’ambiance d’Halloween à laquelle je m’attendais, mis à part dans les toutes premières pages. De plus, l’intrigue n’est pas très prenante et le dénouement ne m’a pas vraiment surprise.

Ma note: 12/20

img_3920

Le dernier jour de nos pères – Joël Dicker

Londres, 1940. Soucieux de pallier l’anéantissement de l’armée britannique à Dunkerque, Wilson Churchill a une idée qui va changer le cours de la guerre: créer une branche particulière des services secrets, le Spécial Operations Exécutive (SOE). Elle lui sera directement rattachée, et chargée de mener des actions de sabotage et de renseignement à l’intérieur des lignes ennemies. Tous ses membres seront issus des populations locales pour être insoupçonnables. Du jamais vu jusqu’alors. L’existence même du SOE a été longtemps tenue secrète. Soixante-dix ans après les faits, les Derniers jours de nos pères est un des premiers romans à en évoquer la création et à revenir sur les véritables relations entre la Résistance et l’Angleterre de Churchill.

J’ai eu un réel coup de coeur pour les deux autres romans de cet auteur (L’affaire Harry Quebert et le livre des Baltimore), j’avais donc très envie de découvrir cette histoire qui est la première de l’auteur. Le thème des services secrets britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale m’a intéressé et j’ai appris beaucoup sur leur fonctionnement. Puis, j’ai aimé l’évolution de l’histoire -sans vous spoiler -, c’est une histoire très forte, qui met en évidence l’horreur de la guerre mais également l’amour, entre amants, collègues, père et fils. Ce livre m’a fait passer par plein d’émotion différente, de la joie, à la peine, avec beaucoup d’émotion …Décidément, Joël Dicker est un auteur qui me touche toujours autant et j’ai hâte de pouvoir le relire rapidement.

Ma note : 18/20

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT