J’utilise des déodorants naturels, et ça marche !

Cela fait maintenant quelques années que choisis très scrupuleusement mes déodorants, en épiant la composition de chaque produit et en fuyant systématiquement tout composés dérivant de l’aluminium. Je crois bien d’ailleurs que ma prise de conscience en terme de consommer mieux au niveau des cosmétiques a commencé par les déodorants. Je vous parle d’un temps qui commence à être assez lointain parce que cela fait déjà au moins 10 ans.

Qu’est-ce que la transpiration et pourquoi les mauvaises odeurs ?

Commençons dans un premier temps par poser les bases. La transpiration est un processus physiologique naturel et normal qui permet de réguler la température du corps. Dans des conditions de sur-chauffe ( chaleur, sport, émotions ..), des glandes situées sur la peau, plus précisément dans le derme, vont sécréter un liquide appelé sueur et qui permet de refroidir et protéger notre organisme évitant à nos organes d’être endommagés. En effet, la température de notre corps se trouve aux alentours de 37°C et elle doit être maintenue pour le bon fonctionnement de tous les organes et pour être en bonne santé.

La transpiration a également un rôle à jouer dans la lutte contre les infections et certaines médecines orientales l’utilisent pour purifier l’organisme des différentes toxines.

Il existe deux types de glandes sudoripares :

  • Les glandes eccrines : elles sont présentes sur tout le corps depuis notre naissance et sécrètent un liquide principalement composé d’eau.
  • Les glandes apocrines: elles s’activent à partir de l’adolescence et sont principalement situés sous les aisselles. La sueur sécrétée par ces glandes est riche en lipide, protéine et peu en eau.

Contrairement à ce que l’on peut penser, la sueur n’a pas d’odeur ! Des bactéries du genre Coryrebacterium qui vivent naturellement sur notre peau vont se développer lorsque les glandes apocrines sécrètent de la sueur. Pourquoi ? Et bien, les corps gras contenus dans la sueur issue de ces glandes est la nourriture favorite de ces bactéries ! Et c’est la présence de ces bactéries qui est responsable des mauvaises odeurs liées à la transpiration.

La différence entre déodorant et anti-transpirant

 Derrière le nom générique de « déodorant » se cache en effet les déodorants et les anti-transpirants. Mais qu’elle est la différence ?

Les anti-transpirants contiennent une substance chimique qui permet de resserrer les pores afin de diminuer au maximum la formation de sueur et d’odeurs. Sachez que pour qu’il soit étiqueté ainsi, il doit réduire la production de sueur d’au moins 20 % chez la moitié des utilisateurs. La substance chimique en question n’est autre que ces fameux sels d’aluminiums très répandus dans la majorité des déodorants classique aujourd’hui.

Les déodorants, eux ne bloquent pas la production de sueur, ils ont pour unique but de masquer la production d’odeur. Ils peuvent soit agir sur l’absorption des odeurs et/ou sur les bactéries qui sont responsables des odeurs.

Pourquoi je fuis l’aluminium ?

L’aluminium est un élément toxique pour le corps si nous l’ingérons, il est d’ailleurs interdit dans l’alimentation. Considéré comme un neurotoxique, il pourrait être à l’origine de plusieurs affections osseuses, hématologiques, cardiaques …

Il faut dire que l’aluminium est un métal, composé qui ne sont pas métabolisés par le corps et par conséquent s’accumule au fil du temps.

Il est soupçonné d’être déclencheur de la maladie d’Alzheimer, et utilisé chez les femmes après rasage, il augmenterait le risque de cancer du sein.

Bref, toutes ces joyeusetés étant évitable en regardant la composition de son déodorant, pourquoi s’en privé hein ?

Mes solutions 

Pour commencer, j’ai choisi de bannir les anti-transpirants. Je trouve que l’idée de bloquer un processus naturel qui permet de réguler la température du corps me pose problème. J’imagine que si notre corps a besoin de suer, c’est pour une bonne raison, et que nous n’avons pas spécialement intérêt à bloquer ce phénomène pour notre santé à long terme.

J’ai donc choisi de me tourner vers les déodorants. Comme je vous disais en introduction, cela remonte maintenant à de longues années et il y a 10 ans, le choix des déodorants sans cochonneries dedans étaient franchement limité. Voir inexistant. Et les seuls existants n’étaient pas d’une efficacité redoutable en toute honnêteté. Heureusement, les choses ont évolué : les études montrant les effets négatifs de l’aluminium sur la santé ont augmenté et des produits aux compositions plus naturels ont alors vu le jour. Aujourd’hui, le choix des produits est bien plus large

J’ai d’abord découvert les déodorants crème avec la marque Soapwalla. Ce déodorant bio  à la composition 100 % naturelle est d’une efficacité redoutable. Je me suis empressé de l’essayer quand j’ai commencé à en entendre parler sur internet et quelle découverte ! C’est en effet le déodorant le plus efficace de toute ma vie. Même ceux avec de l’aluminium à l’intérieur sont moins efficaces contre les odeurs ! J’ai été littéralement bluffée, même après avoir faire du running ou en sortant de la salle de sport … Zéro odeur !

Utiliser un déodorant sous forme de crème alors que l’on a toujours utilisé des sticks ou des sprays peut paraître un peu déroutant au début, mais je m’y suis très rapidement habituée, et la texture du Soapwalla est crémeuse et laisse un fini sec sous les aisselles. Sa composition permet d’empêcher les bactéries responsables des mauvaises odeurs de se développer.

J’ai décidé alors de poursuivre ces découvertes avec la marque Schmidt’s. Toujours sous un format crème, j’ai été attiré par cette marque qui proposait plusieurs associations de parfum différents. Pour ma part, l’efficacité est la même que le Soapwalla, excellente. La texture du produit est cependant un peu différente et un peu plus compliquée à appliquer aux premières utilisations. Il suffit de chauffer légèrement le produit dans ses doigts avant de l’appliquer, mais une fois le coup de main pris, c’est tout aussi simple.

Enfin, j’ai beaucoup entendu parler ces derniers mois de la marque Clémence & Vivien sans avoir l’occasion de tester leur produit (je voulais déjà terminer mes produits entamés). Comme vous pouvez le voir sur les photos, le packaging des déodorants de la marque Soapwalla et Schmidt’s sont bien usés et j’arrive en effet à bout. J’en ai donc profité pour commander « Le poudré » de Clémence & Vivien et je l’ai reçu très récemment. Je ne vais pas laisser trop de suspens, il m’a immédiatement conquise ! L’odeur fleur d’oranger et lavande est parfaitement réussie, délicate et légère, mais le gros point positif, c’est la texture « baume » est très facile d’application, elle fond directement au toucher et s’utilise très facilement ! Question efficacité, elle est belle et bien là. Il a vraiment tout bon, et il me tarde d’essayer tous les autres parfums de la marque !

Les petits moins quant à l’utilisation des déodorants naturels :

Ces produits sont tellement efficaces qu’ils sont assez puissants et cause des irritations chez certaines personnes. Des réactions cutanées sont assez courantes à cause de la présence d’huiles essentielles, mais également du bicarbonate de soude qu’un certain nombre de personnes ont du mal à tolérer.

La présence d’huiles essentielles dans la grande majorité de ces produits le rend déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes. Il me semble que la marque Schmidt’s a sorti une formule sans huiles essentielles et donc sans parfum qui pourrait alors être une solution. Mais si vous êtes dans ce cas, regarder bien l’étiquette et renseignez-vous bien auprès de votre médecin avant d’acheter.

Je n’ai pour ma part pas de réel problème, mais ma technique est d’utiliser toujours deux marques différentes en même temps que j’alterne de temps en temps. Si je sens que mes aisselles commencent à s’irriter, j’alterne directement avec l’autre marque et j’applique de l’huile de coco avant de me coucher pour apaiser mes aisselles durant la nuit. Mais honnêtement ça ne m’est quasiment pas arrivé depuis que j’utilise ces déodorants, qui ont littéralement changé ma vie !

Est-ce que vous connaissez ces déodorants ? Êtes-vous également sensible à la présence d’aluminium dans les déodorants conventionnels ?

 

 

 

6 avril 2017

RELATED POSTS

4 Comments

  1. Répondre

    Marion

    5 avril 2017

    Je valide les Schmid’s, utilisant actuellement le Frangrance Free, il est parfait sans parfum et sans huile essentielle. Par contre, je préfère personnellement l’utilisation en stick plutôt qu’en pot, ne trouves-tu pas cela plus pratique ? La prochaine fois je testerai Clémence et Vivier, étant une marque française ça me donne bien envie 😉

    • Répondre

      Greenandflow

      7 avril 2017

      Et bien comme j’ai longtemps utilisé les pots je m’y suis vraiment habituée et je ne trouve pas ça « pas pratique » du tout. Après c’est vrai que le stick est quand même plus pratique mais j’ai eu quelques soucis avec le mien (cassant) et du coup … ça en devenait encore moins pratique que le pot ! Alors j’ai du mal à me faire une idée, je n’ai surement pas eu de chance avec mon stick ^^

  2. Répondre

    Audrey

    7 avril 2017

    Et la pierre d’alun, qu’est-ce que tu en penses ? Je n’utilise que ça depuis un moment.

    • Répondre

      Greenandflow

      7 avril 2017

      Ah bah mince alors, j’avais prévu d’en parler dans cet article et j’ai oublié ! haha J’ai essayé il y a quelques années et sur moi cela ne fonctionne pas du tout, c’est comme si je ne mettais rien!
      Après pour la pierre d’alun, comme son nom l’indique un peu elle est composée d’aluminum également. Alors rien à voir aux composés synthétiques et chimique que l’on trouve dans les anti-transpirants de grandes surfaces. C’est le plus souvent du potassium d’alun et c’est apparemment plus sable moins soluble et moins toxique. Mais on trouve peu d’informations sur le sujet, il est difficile de connaitre si il y a ou non impact sur la santé. Mais bon du coup entre l’inefficacité sur moi et le fait qu’il y a un dérivé d’aluminium je me méfie quand même ! 🙂

LEAVE A COMMENT